Fermer
Publié le 13 avril 2017

Québec cède la gestion de sa plus vaste réserve faunique à la Nation crie de Mistissini

Par André-A. Bellemare

Ces derniers jours, le ministre québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a fait savoir que le Québec cédait la gestion de la plus vaste réserve faunique de la province à la Nation crie de Mistissini. La Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ), une société d’État à laquelle le gouvernement provincial confiait depuis plus de 20 ans la gestion de la réserve faunique des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi, sera dorénavant confinée à un simple rôle «d’accompagnatrice» des autochtones.

Du coup, Québec a aussi cédé aux mêmes autochtones la réserve faunique d’Assinica. Cette dernière, d’une superficie de 8885 km² — plus grande que toute l’île d’Anticosti — renferme des centaines de plans d’eau entourant le grand lac Assinica qui a, à lui seul, une superficie de 93 km².

La Nation crie de Mistissini (4000 membres inscrits) avait entrepris des pressions sur le gouvernement provincial du Québec dès 1980, pour qu’il lui cède la gestion de la réserve faunique des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi, d’une superficie de 25 285 km² et renfermant plus de 5000 lacs, dont au moins une cinquantaine de lacs mesurant chacun quelque 20 km de long…

Territoire de la démesure

Pour vous faire une idée de la démesure de la réserve faunique concernée, sachez qu’elle est quatre fois et demie plus grande que la… province de l’Île-du-Prince-Édouard! Elle est deux fois et demie plus vaste que l’île d’Anticosti située dans le golfe du Saint-Laurent. Pour ceux qui n’ont jamais fréquenté la province de l’Île-du-Prince-Édouard ou l’île d’Anticosti, notez que la réserve faunique des Lacs-Albanel-Mistassni-et-Waconichi peut englober 130 fois l’île d’Orléans! La réserve faunique d’Assinica, elle, pourrait englober l’île d’Orléans une cinquantaine de fois…

La réserve des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi, que la SÉPAQ gérait déjà en partenariat avec la Nation crie de Mistissini depuis 2005, renferme le plus grand lac naturel d’eau douce du Québec, le lac Mistassini, long de 176 km (distance entre le centre-ville de Québec et le centre-ville de Drummondville…). Le Mistassini est émaillé d’innombrables îles et baies. Le lac voisin, l’Albanel, est long de 80 km. Le lac Waconichi, lui, mesure 40 km de long. Les plans d’eau de cette réserve faunique donnent refuge à des poissons géants établissant des records, qu’il s’agisse d’ombles de fontaine (truites mouchetées), de touladis (truites grises), de dorés jaunes et de grands brochets du Nord. J’y ai personnellement vu des mouchetées pesant plus de 10 lb, des touladis pesant plus de 40 lb, et des brochets pesant plus de 30 lb… mais il y a là des poissons de ces espèces-là encore plus impressionnants!

Ceux qui ont eu le bonheur de fréquenter la réserve faunique en question se souviendront assurément des pavillons Baie-du-Poste, Louis-Jolliet et Vieux-Poste. Au fil des décennies, le gouvernement provincial y a fait construire des ensembles de pavillons et de chalets très confortables, reliés entre eux par des trottoirs de bois sur pilotis et entourés d’équipements remarquables (salles communautaires, bâtiments de services, quais, embarcations motorisées, terrains de camping, rampes de mise à l’eau de bateaux, etc.). Le ministre Blanchette n’a pas divulgué d’information concernant tous les équipements publics du Québec qu’il cédait aux Cris.

Corporation Nibiischii

La Nation crie de Mistissini a créé une société spécifique, la Corporation Nibiischii, pour gérer ces deux immenses réserves fauniques. Puisque la SÉPAQ n’est plus responsable des réservations pour la pratique des différentes activités offertes dans ce territoire, ni responsable de la construction ou de la mise en valeur et de l’entretien des aménagements et des infrastructures des réserves en question, vous devrez communiquer dorénavant avec la Corporation Nibiischii : tél. 1 844 522-2777; pour en savoir plus, consultez le site web www.reservefauniqueamw.com

D’ailleurs, durant les derniers jours, la SÉPAQ a joint par courriel ses clients qui avaient réservé des séjours pour 2017 dans les territoires maintenant cédés aux autochtones. La société d’État leur offre d’annuler les séjours réservés et de leur rembourser rapidement les frais déjà encourus, sans pénalité ni autres frais, en téléphonant au 1 844 522-2777. Aux clients désireux de maintenir les réservations déjà obtenues, la SÉPAQ demande la permission de transférer les dossiers à la Corporation Nibiischii (le consentement doit être accordé à la SÉPAQ avant le 5 mai).

Notez que les séjours pour la saison 2018 dans les réserves fauniques Assinica et des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi ne pourront pas être réservés lors du début de la période des réservations de la SÉPAQ, prévu les 22 avril 2917 (pêche avec séjour en chalet) et 30 mai 2017 (pêche-camping). Pour obtenir des renseignements à propos des réservations de 2018 dans les deux grandes réserves fauniques concernées, téléphonez au 1 844 522-2777 à compter du 1er mai 2017.

Les «quad» dans les ZEC : entente provinciale

Les propriétaires de «quatre roues» ou «quads», s’ils sont membres de la Fédération québécoise des clubs quads (FQCQ), pourront traverser gratuitement les territoires des ZEC en circulant dans les sentiers fédérés, sans avoir à défrayer de coûts supplémentaires. La FQCQ et les dirigeants de la Fédération québécoise des gestionnaires de ZEC (FQGZ) ont signé une entente à ce sujet-là : elle s’appliquera aux clubs quads et aux ZEC sur l’ensemble du territoire québécois, à compter de l’été 2017.

Dorénavant, les membres de la FQCQ devront continuer de s’enregistrer auprès des ZEC fréquentées, mais ils pourront y circuler gratuitement en empruntant les sentiers fédérés traversant ces territoires fauniques. Du moment qu’un quadiste quitte des sentiers fédérés traversant une ZEC, il lui faudra verser les droits de circulation à cette ZEC-là, comme prévu dans le Règlement sur les zones contrôlées (ZEC) de chasse et de pêche.

Modalités réglementaires pour la pêche du bar rayé

Durant la saison de pêche 2017 du bar rayé — c’est-à-dire du 15 juin au 31 octobre — il vous sera permis de conserver deux bars rayés! C’est un bar rayé de plus que durant la saison 2016. Vous ne pourrez garder que les bars mesurant entre 50 et 65 cm inclusivement (du bout du museau au bout de la queue). N’utilisez qu’une ligne à la fois, avec un maximum de trois hameçons simples, sans appâts naturels (seuls les leurres artificiels sont autorisés).

Dans le sud de la Gaspésie, cette activité de pêche croit constamment depuis qu’elle a été autorisée en 2013. Le gouvernement provincial estime que la pêche du bar rayé dans la baie des Chaleurs et le golfe du Saint-Laurent — entre l’aval du pont de Campbelton et la côté ouest du Cap de Gaspé — a généré en 2015 plus de 7300 jours/pêche, pour des retombées économiques d’un million $ dans la région, ce qui est important pour les localités de la baie des Chaleurs.

La chasse du dindon commencera le 28 avril

C’est le 28 avril que commencera la chasse printanière du dindon sauvage pour les chasseurs possédant le certificat spécifique les autorisant à chasser ce volatile géant. Cette chasse n’est permise que durant le printemps dans les zones provinciales de chasse nº 3 à nº 13 inclusivement, et aussi dans les zones 15, 26 et 27. Pas question de chasser le dindon sauvage durant l’automne.

Pour en apprendre beaucoup plus sur cette chasse, consultez le site web : http://www.mffp.gouv.qc.ca/publications/enligne/faune/reglementation-chasse/dindon//index.asp

Congrès provincial annuel de la FQCP : le 22 avril

Le sujet brûlant de l’accessibilité à la pêche et aux plans d’eau de la province est le thème sur lequel se déroulera le congrès provincial annuel de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, du 21 au 23 avril, au Château du Mont-Sainte-Anne, à Beaupré, près de Québec. Consultez le programme du congrès sur le site de la FQCP : http://www.fedecp.com/media/2599/programme-preliminaire-2017-diffusion.pdf

Les adeptes de la pêche à la ligne ont constaté que l’accessibilité aux ruisseaux, rivières et lacs situés non loin des grands centres urbains est de plus en plus réduite : en effet, des propriétaires riverains ont tendance à considérer ces plans d’eau comme des «clubs privés», et certaines municipalités multiplient les enfarges et les emmerdements pour les «non résidants», surtout en exigeant des droits d’accès pharamineux aux propriétaires d’embarcations qui ne sont pas des contribuables de ces municipalités. Les politiciens et hauts fonctionnaires ne semblent pas du tout préoccupés par ces entraves à l’accessibilité…

La pêche dans la rivière Nicolet : le 28 avril

Le 28 avril, c’est la date de l’ouverture de la pêche dans la rivière Nicolet de la région des Bois-Francs. Les fidèles utilisateurs de ce cours d’eau constateront que les responsables de sa gestion ont procédé à des aménagements durant l’automne dernier, pour en assurer une plus grande accessibilité encore aux adeptes de la pêche à gué en rivière.

Ce parcours de pêche aménagé et ensemencé, d’une longueur de 17 km — dont 4 km réservés à la pêche à la mouche — renferme 72 fosses pour pêcher les truites mouchetées, brunes et arc-en-ciel. Pour en savoir beaucoup plus sur ce parcours régional unique de pêche des salmonidés, ainsi que sur la pêche en ville dans Victoriaville, consultez le site web : http://www.pechenicolet.com

Canards Illimités du Canada : 40 ans d’action au Québec

Depuis 1976, Canards Illimités a investi plus de 200 millions $ au Québec pour conserver 32 500 hectares (325 km²) de terres humides. À ce jour, on estime que 70 % des terres humides dans la vallée du Saint-Laurent ont disparu.

En février, lors de son souper bénéfice du 40e anniversaire, à Québec, les quelque 420 convives présents ont versé plus de 110 000 $ au bénéfice de la conservation des milieux humides et de la sauvagine.

Ça bouge dans les hautes sphères de la SÉPAQ!

Récemment, je vous apprenais que Jean-Charles Morin, vice-président de la SÉPAQ à l’exploitation des secteurs faunique et touristique, prenait sa retraite après plus de 30 années au service de cette société d’État, C’est maintenant chose faite. C’est Dave Boulet, jusqu’ici directeur des opérations dans le secteur faunique de la SÉPAQ, qui succèdera à Jean-Charles Morin dès la semaine prochaine.

Morin est le fils de feu Gaston, qui fut responsable de l’hôtellerie et de la restauration dans les établissements du ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche de jadis; Gaston Morin, à sa retraite, a été un pilier de la ZEC de la Rivière-Blanche. Son fils Jean-Charles, un actuaire de formation, a déjà été directeur de la réserve faunique des Laurentides (1992-2001) avant de gravir les échelons supérieurs de la SÉPAQ.

Dave Boulet, un spécialiste de la biologie, est le fils d’Yvon Boulet, jadis concessionnaire automobile à Beauceville. Dave a dirigé des pourvoiries corporatives (ex. : lac Portage, en Beauce), avant de diriger le parc national Frontenac du Québec, puis la réserve faunique de Mastigouche en Mauricie et les pourvoiries de la SÉPAQ dans l’île d’Anticosti.

Pour la société d’État, Dave Boulet sera responsable de 16 réserves fauniques gouvernementales, de 23 parcs nationaux québécois, et de neuf établissements touristiques : le tout ayant une superficie de 80 000 km², la même que celle de… l’Écosse!

Aux chasseurs d’orignal dans les ZEC de la Côte-Nord

Si vous chassez dans e territoire d’une ZEC de la Côte-Nord et qu’il vous manque un ou des partenaires pour votre expédition, profitez de la plate-forme adoptée par six ZEC de cette région pour vous aider dans vos recherches : http://www.chassezec.manisoft.ca

Si vous être un chasseur esseulé et que vous aimeriez intégrer un groupe de chasseurs à la recherche d’un partenaire, cette plate-forme pourrait vous être fort utile. Les ZEC de la Côte-Nord concernées sont: Matimek, Iberville, Varin, Trinité, Labrieville et Nordique.

Nouveau manuel pour les trappeurs de la province

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs nous fait savoir qu’une nouvelle version du manuel «Piégeage et gestion des animaux à fourrure» (PGAF) sera bientôt publié. Ce manuel est la base du cours de piégeage obligatoire que doivent suivre les personnes désireuses d’obtenir le «certificat du piégeur» : ce certificat est requis pour qu’on se procurer le permis général de piégeage.

Ce manuel contient une multitude de renseignements sur le piégeage au Québec, sur la biologie des animaux à fourrure, sur les techniques de piégeage pour les animaux concernées, ainsi que sur la préparation des peaux pour la vente. Si vous désirez obtenir plus de renseignements sur la formation obligatoire à subir pour l’obtention du certificat du piégeur, consultez le site web : http://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/chasse/pescof-piegeage.jsp

À propos de André-A. Bellemare Chroniqueur de chasse et pêche depuis 40 ans.

André-A. Bellemare participe à Latulippe.com depuis 1996. À ce jour, il a rédigé plus de 400 chroniques pour Latulippe.com Bien informé sur l'actualité du plein air au Québec, il vous offre sa science, son expérience, son vécu et ses opinions.

Articles par André-A. Bellemare

Infolettre Latulippe

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Note aux lecteurs

Les opinions exprimées dans nos chroniques n’engagent que les auteurs des textes et ne représentent pas nécessairement celles de Magasin Latulippe. Bonne lecture.

Chroniques récentes

Fermer

Ayez du panache!

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Fermer

Connexion

Client existant


Nouveau client

Avec votre compte Latulippe, vous pourrez recevoir des promotions par courriel, connaître l'état de vos commandes en cours et consulter vos commandes antérieures.