Fermer
Publié le 9 juin 2017

En 2017, nous sommes rendus là : l’ordinateur vous aide à planifier votre excursion de pêche

Par André-A. Bellemare

Nos ancêtres ne se cassaient pas tellement la tête lorsqu’ils allaient à la pêche : ils ramassaient leur canne à pêche et leur coffret de leurres, puis ils ouvraient la porte de la maison et se rendaient à pied, bien souvent, jusqu’au ruisseau ou jusqu’à la rivière ou jusqu’au lac situé à proximité, pour y récolter le nombre de poissons nécessaires pour nourrir toute la famille. Mais, de nos jours, vous le savez bien, c’est plus compliqué.

Voilà pourquoi la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) offre de vous faciliter la tâche en mettant à votre disposition un outil numérique essentiel pour planifier vos excursions de pêche : tapez http://www.fedecp.compuis cliquez sur la photo «Allons pêcher». Il vous apparaîtra une carte interactive vous informant sur l’accès à des plans d’eau du Québec, un répertoire d’environ 1700 points d’accès partout dans la province (à l’exception du Nord-du-Québec).

Les utilisateurs intéressés peuvent consulter gratuitement le site Internet mentionné ci-haut, qui existe également en version mobile. Affichez le type d’accès aux plans d’eau que vous recherchez : mise à l’eau, rampe, accès gratuit ou payant, comme indiqué. Vous y trouverez aussi des renseignements essentiels sur les règles spécifiques aux lacs et rivières.

Si vous êtes novice dans la pratique de la pêche sportive à la ligne, la FédéCP vous suggère de consulter l’onglet «Pourquoi pêcher» de son site web mentionné ci-haut. La Fédération a décidé de rassembler une foule de renseignements pratiques sur cette nouvelle plate-forme informatique, en plus de mettre de l’avant une foule de vidéos produites par la FédéCP et ses partenaires sur toutes les facettes de la pratique de l’activité de pêche à la ligne : techniques, sécurité, trucs et astuces, remise à l’eau, équipements.

Afin que vous puissiez mettre le maximum de chances de votre côté, la Fédération vous offre également le site Internet «Mentorat chasse, pêche et piégeage» : http://www.mentoratcpp.com . Il s’agit d’un site web de réseautage unique et gratuit permettant une plate-forme d’information dynamique sur une multitude d’événements; cela, en plus du mentorat pour les adeptes âgés de 18 ans et plus.

Trappeurs : mise à jour de la formation par la FTGQ

Philippe Tambourgi, directeur général de la Fédération des trappeurs gestionnaires du Québec (FTGQ), m’informe que c’est sa Fédération, en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP), qui a procédé à la mise à jour de la formation sur le piégeage et sur la gestion des animaux à fourrure dans notre province.

Cette mise à jour a été faite pour respecter les technologies de nos jours et les normes actuelles de pratique de cette activité traditionnelle et ancestrale plusieurs fois séculaire chez nous. Les personnes qui suivent cette formation et qui réussissent les tests imposés obtiennent le certificat du piégeur qui est obligatoire pour trapper au Québec.

Si vous êtes intéressé à suivre cette formation pour joindre les rangs des milliers de piégeurs de la province, communiquez avec Philippe Tambourgi de la FTGQ : 1 866 260-7644 ou 1 418 872-7644; courriel : philippe.tambourgi@ftgq.qc.ca ; site web : http://www.ftgq.qc.ca

Le Chenail du Nord initiera bientôt des enfants à la pêche

En collaboration avec la Fondation de la faune du Québec (FFQ), la Pourvoirie Le Chenail du Nord — située au nord de Forestville, sur la Haute-Côte-Nord — initiera à la pêche 20 fillettes et garçons âgés entre 9 et 12 ans dans le cadre du programme «Pêche en herbe» de la FFQ, le samedi 8 juillet, en accueillant des enfants et leurs parents dans ses chalets et en leur prêtant ses embarcations pour pêcher dans ses lacs. Ce programme ayant pour but de favoriser une relève dans la pratique de la pêche sportive, a été créé par la Fondation de la faune avec le support du gouvernement québécois et celui de généreux commanditaires, qui peuvent aussi compter sur le bénévolat de membres d’associations de pêcheurs et d’autres amants de la nature.

L’originalité de l’activité de «Pêche en herbe» offerte par la Pourvoirie Le Chenail du Nord réside dans le fait que la pourvoirie prête sans frais ses lacs, embarcations et bâtiments aux parents et enfants qui participeront au programme durant la journée du samedi 8 juillet : ils pourront utiliser la cuisine et les chalets pour préparer et manger les repas qu’ils auront apportés avec eux. Mais les participants qui le désirent pourront réserver un forfait (125 $, taxes incluses, pour un enfant et son parent) incluant les trois repas du samedi et le déjeuner du dimanche, l’hébergement pour la nuit du samedi au dimanche, et la matinée de pêche du dimanche.

Chaque jeune participant bénéficiera d’une formation sur les techniques de pêche, la sécurité, la réglementation, l’environnement et la biologie des poissons. Chaque enfant recevra en cadeau une canne, un moulinet et un coffret de leurres. Les formateurs accompagneront les enfants à la pêche dans des lacs de la pourvoirie. Chaque jeune participant recevra aussi un «certificat de pêche en herbe» qui lui tiendra lieu de permis de pêche jusqu’à ce qu’il atteigne ses 18 ans; ces jeunes pêcheurs pourront donc, jusqu’à leur majorité, pêcher de façon autonome et récolter leurs propres limites de poissons autorisées par la loi et les règlements.

Pour en savoir plus au sujet de cette activité offerte par la Pourvoirie Le Chenal du Nord, joignez Jacques Bouffard par téléphone (418 956-4100) ou par courriel (jacques.bouffard@videotron.ca). Il vous communiquera l’horaire détaillé de la journée du samedi 8 juillet et, si vous le désirez, il réservera votre forfait pour vous et votre enfant, les 8 et 9 juillet. Pour mieux connaître cette pourvoirie : http://www.lechenaildunord.com

Les autres pourvoiries qui voudraient organiser des activités de pêche en herbe n’ont qu’à contacter la Fondation de la faune du Québec pour se renseigner à ce sujet : http://www.fondationdelafaune.qc.ca ; téléphone : 1 877 639-0472 ou 1 418 644-7926. Les ZEC et autres sociétés de gestion faunique, de même que les associations de pêcheurs sportifs et d’amants de la nature peuvent également présenter des projets à la FFQ.

Les 40 ans de Canards Illimités du Canada au Québec

Depuis 1976, Canards Illimités du Canada accomplit des travaux dans les milieux humides du Québec pour favoriser la reproduction des oiseaux migrateurs et de bien d’autres espèces d’animaux sauvages. En 40 ans, ce groupement à but non lucratif composé surtout de chasseurs d’oiseaux migrateurs agissant bénévolement a investi plus de 200 millions $ dans notre province pour protéger, aménager, améliorer 32 500 hectares de terrains humides (325 km² de superficie).

L’organisme, fondé en 1939 aux États-Unis, a amassé plusieurs centaines de millions de dollars notamment durant les soupers bénéfice annuels organisés par ses «chapitres» dans une multitude de villes du continent nord-américain. Ainsi, récemment, les 420 convives participant au souper du 40e anniversaire tenu à Québec ont contribué plus de 110 000 $ de leurs deniers.

De fausses données d’Hydro-Québec gâchent un lac

Le collègue chroniqueur Ernie Wells, de Rimouski, m’apprend que de fausses données d’un appareil de mesure d’Hydro-Québec ont eu pour conséquence une baisse inquiétante du niveau du lac Mistigougèche, un important plan d’eau de la ZEC Bas-Saint-Laurent, au sud de Rimouski : https://zecbasstlaurent.reseauzec.com/

Guillaume Ouellet, président de cette ZEC, reproche à Hydro-Québec, gestionnaire du barrage retenant le grand lac Mistigougèche, d’avoir «flushé» l’eau du lac. Réjean Savard, porte-parole d’Hydro-Québec, a reconnu l’erreur de lecture de l’appareil limnimètre du barrage.

État critique de 42 barrages délabrés au Québec

En conflit avec le gouvernement provincial concernant leurs conditions de travail, les membres du syndicat des ingénieurs du gouvernement ont décidé de couler de l’information aux médias. C’est ainsi que Radio-Canada a pu mettre la main sur une note interne du ministère de l’Environnement, datant de décembre 2016, faisant état du délabrement de 42 barrages situés dans plusieurs régions de la province. Le mauvais état de ces barrages les rend dysfonctionnels et à risque de défaillance. Il n’y a là rien de bien rassurant pour les centaines de milliers d’adeptes de la pêche à la ligne fréquentant des plans d’eau retenus par des barrages…

Un livre identifie 150 espèces d’insectes de nos forêts

Les entomologistes certifiés ou autodidactes seront heureux d’apprendre que l’éditeur Les Publications du Québec, du gouvernement provincial, leur offre un livre de 300 pages abondamment illustré de 500 photos et de 116 fiches présentant plus de 150 espèces d’insectes de nos forêts : «Insectes des arbres du Québec» a été écrit par Christian Hébert, Bernard Comtois et Louis Morneau (39,95 $, aussi offert en format PDF et en format ePUB) : https://www.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/cspq/fr/Catégories-d%27office/Environnement-et-ressources-naturelles—Grand-public/978-2-551-26011-9/p/978-2-551-26011-9

Le dernier ouvrage sur le sujet remonte à 1979, et ne s’intéressait qu’aux insectes défoliateurs. Puisque les connaissances scientifiques ont évolué au cours des quatre dernières décennies, les trois auteurs de ce nouveau livre ont décidé de traiter de presque tous les insectes causant des dommages aux arbres. Le livre instruit même les lecteurs sur les espèces d’insectes non encore introduites dans notre province, et qui peuvent apparaître sous peu dans l’Est du Québec pour nuire aux arbres.

Décès de Reynold Sexton, de St-Jules-de-Cascapédia

Reynold Sexton, de Saint-Jules-de-Cascapédia, propriétaire avec son frère de la fameuse boutique Sexton & Sexton, est décédé à la fin de mai. Il était un pilier de la gestion de la réputée rivière à saumons Grande Cascapédia se déversant dans la baie des Chaleurs, au sud de la Gaspésie. Voir : http://sextonandsexton.ca/fr/

Reynold était gérant du Middle Camp, le 14 juin 1988, lorsque j’ai récolté mon plus gros saumon atlantique à vie dans la fosse Home Pool, en face de ce luxueux pavillon de pêche : ma prise, pesant 31 livres (14,06 kg) et mesurant 42 pouces de long (107 cm), a été faite à l’aide d’une de mes mouches «Charmeuse en bleu» — une variation de la renommée «Blue Charm» — montée sur un hameçon Partridge double de grosseur nº 2. Je pêchais alors en compagnie de Kenny Reardon, de Sainte-Agathe, ancien joueur vedette des Canadiens de Montréal, et de François Odermatt, de Westmount, conjoint de la chanteuse Diane Juster; mes compagnons avaient récolté chacun un saumon pesant 26 lb (11,80 kg), et Reynold nous avait fait toute une fête pour marquer notre succès.

Le MFFP sollicite l’aide des pêcheurs de maskinongés

Dans le but d’actualiser les connaissances sur le maskinongé de la rivière des Outaouais, le ministère de Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) demande aux pêcheurs ciblant cette espèce de déclarer des renseignements concernant leurs prises durant les saisons 2017 et 2018.

Le MFFP veut connaître la longueur (en cm), le poids (en kg) et, si possible, les coordonnées GPS du lieu de la prise; si les maskinongés leurrés portaient une étiquette à la base de la nageoire dorsale, le ministère souhaite qu’on lui en communique le numéro. Les pêcheurs peuvent déclarer leurs prises par téléphone (1 819 246-4827, poste 236) ou par courriel (outaouais-faune@mffp.gouv.qc.ca).

Dans l’île d’Anticosti, un pont important arraché

Pendant que des centaines de maisons étaient inondées dans le sud et l’ouest de la province, à la mi-mai, un pont important — celui enjambant la rivière MacDonald — a été arraché par le trop fort courant du cours d’eau en crue. Ce qui a coupé la route Transanticostienne donnant accès à des pavillons de chasse et de pêche de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ, une société d’État) ainsi qu’à ceux des pourvoiries privées.

Cela a causé le retard de l’arrivée dans l’île de nombreux travailleurs contribuant pour beaucoup à l’économie des commerces insulaires. Le ministère des Transports du Québec doit faire diligence pour rétablir ce pont-là, dont l’existence est tellement cruciale pour la survie économique de l’île d’Anticosti. Sinon, c’est toute la vie de l’île et de ses habitants qui sera chamboulée en 2017.

À propos de André-A. Bellemare Chroniqueur de chasse et pêche depuis 40 ans.

André-A. Bellemare participe à Latulippe.com depuis 1996. À ce jour, il a rédigé plus de 400 chroniques pour Latulippe.com Bien informé sur l'actualité du plein air au Québec, il vous offre sa science, son expérience, son vécu et ses opinions.

Articles par André-A. Bellemare

Infolettre Latulippe

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Note aux lecteurs

Les opinions exprimées dans nos chroniques n’engagent que les auteurs des textes et ne représentent pas nécessairement celles de Magasin Latulippe. Bonne lecture.

Chroniques récentes

Fermer

Ayez du panache!

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Fermer

Connexion

Client existant


Nouveau client

Avec votre compte Latulippe, vous pourrez recevoir des promotions par courriel, connaître l'état de vos commandes en cours et consulter vos commandes antérieures.