Fermer
Publié le 19 juin 2017

À la pourvoirie Le Chenail du Nord, au nord de Forestville : comme au printemps même en l’été

Par André-A. Bellemare

Pendant que les Québécois suffoquent dans les grandes agglomérations urbaines de la province, surtout en période de canicule, les pêcheurs fréquentant la pourvoirie Le Chenail du Nord — à 95 km au nord de Forestville, sur la Haute-Côte-Nord — vivent leur séjour dans ce territoire faunique comme si le printemps y durait presque tout l’été.

En effet, j’ai pu constater personnellement, durant la semaine dernière — alors que j’ai été invité par les propriétaires Julien Samson et Pierre Lessard, de Québec, à séjourner dans cette pourvoirie en compagnie du notaire retraité Jacques Bouffard, de Saint-Laurent de l’île d’Orléans —, que la température y était de 10°C moins élevée qu’à Québec et Montréal. Voilà qui explique que les conditions de pêche y sont très bonnes durant les mois d’été, alors que la pêche est habituellement moins productive à cette période-là de la saison dans des territoires fauniques situés au sud.

Étudiez bien une carte routière : vous verrez que vous montez vers le nord en… descendant la côte nord du fleuve Saint-Laurent vers l’est. La localité de Forestville, située à 335 km de Québec — à environ quatre heures en automobile par la route nº 138 — est à mi-chemin entre les 48e et 49e parallèles de latitude… au même niveau que le cœur de l’Abitibi-Témiscamingue! Et la pourvoirie Le Chenail du Nord est encore un peu plus au nord, à 95 km de Forestville par une bonne route graveleuse traversant la ZEC Forestville et longeant de plus ou moins près la majestueuse rivière Sault-au-Cochons.

Des truites indigènes

La cerise sur la crème du sundæ : les 50 lacs que renferme Le Chenail du Nord dans ses 75 km2 de superficie sont sur un plateau dont l’altitude varie de 1900 à 2000 pieds (de 580 m à 640 m). Vous imaginez facilement que les ombles de fontaine (nos «truites mouchetées») sont à l’aise pour s’engraisser et se reproduire dans les plans d’eau de cette pourvoirie : l’eau y est fraîche et bien oxygénée longtemps en été, et les lacs produisent en abondance les insectes aquatiques constituant la presque totalité de la nourriture des salmonidés qui y nagent.

Autre élément fort intéressant dont vous devez tenir compte : les truites sont indigènes, puisque les autorités gouvernementales responsables de la pêche ont interdit depuis bien longtemps aux gestionnaires des territoires fauniques de la Haute-Côte-Nord d’introduire des poissons d’élevage dans les ruisseaux, rivières et lacs de cette région. Cela, afin de protéger et de perpétuer la génétique des ombles de fontaine nageant dans les eaux pures de cette portion de la province.

Évidemment, dans cette pourvoirie où la pression de pêche est maintenue à un bas niveau et est bien contrôlée par le gérant Benoît Allard, les prises sont souvent impressionnantes. Allard — jadis citoyen de Charlesbourg — m’a fourni de nombreuses photos sur lesquelles apparaissent des pêcheurs au large sourire montrant des mouchetées pesant entre une livre et demie et deux livres et demie (entre 680 gr et 1,15 kg). Croyez-moi : ces photos montrant des truites aussi pesantes ne constituaient pas l’exception. Certaines des photos montraient des truites «trophées» d’un poids atteignant près de quatre livres (2 kg).

La pourvoirie Le Chenail du Nord est dans la zone provinciale de pêche nº 18, où la limite quotidienne des prises et la limite de possession est de 20 ombles de fontaine et de deux touladis. En effet, certains plans d’eau de la pourvoirie contiennent des «truites grises». Mais, dans certains lacs produisant des truites trophées, le gérant Allard demande aux pêcheurs de limiter le nombre de leurs prises en pensant aux clients suivants.

Une grande accesssibilité

Une quinzaine de lacs sont facilement accessibles en automobile. Vous pouvez accéder aux 35 autres lacs avec des véhicules à quatre roues motrices ou des VTT et, dans le cas de certains lacs à très grosses mouchetées, des sentiers pédestres ont été dégagés par les gestionnaires pour permettre aux clients les plus en forme et les plus aventureux de s’y rendre sans crainte.

Vous pêcherez presque partout à partir d’embarcations très sécuritaires de type «verchères» (à fond plat); sur certains plans d’eau, vous naviguerez dans de bonnes embarcations en fibres de verre. Vous pourrez louer des moteurs hors-bord au poste d’accueil. La pourvoirie a aménagé une belle «cabane à poissons» pour permettre à ses clients d’éviscérer leurs prises sans polluer l’environnement.

Sur la berge du lac de Travers

Les bâtiments de la pourvoirie Le Chenail du Nord sont presque tous regroupés sur la berge du lac de Travers, lui-même un lac livrant de bien belles mouchetées. Il y a, d’abord, le poste d’accueil, qui sert aussi de relais aux nombreux motoneigistes fréquentant le territoire de la pourvoirie durant les longs mois d’hiver. Car, en effet, la pourvoirie est accessible durant toute l’année, puisque les gestionnaires possèdent leur propre surfaceuse pour établir leur propre réseau de pistes connecté au réseau provincial des pistes de motoneige.

Dans ce poste d’accueil, vous trouverez les cuisines et une salle à manger, ainsi qu’un bar, tous accessibles aux motoneigistes en saison. La pourvoirie offre aux motoneigistes les repas, l’hébergement, les services de bar et l’essence, ainsi que les services de guides pour des randonnées en raquettes ou pour pratiquer la pêche à travers la glace des lacs. Il y a aussi là un minidépanneur, que le gérant Allard compte amplifier pour offrir plus d’objets et de leurres aux clients qui auraient oublié des choses chez eux. Il y existe un réseau Wi-Fi à l’intérieur de ce bâtiment pour permettre à la clientèle de recevoir et/ou d’envoyer des messages urgents. Benoît Allard utilise aussi un téléphone satellitaire pour utilisation en cas d’urgence.

Un hébergement «quatre étoiles»

Vous serez hébergé dans l’un des sept chalets classés «quatre étoiles» par les autorités gouvernementales. Ces chalets situés près du poste d’accueil peuvent loger de deux à 15 personnes (40 clients au total pour les 50 lacs du territoire!…). Il s’agit de chalets bien aménagés et équipés, très propres, contenant tout ce dont vous aurez besoin pour la préparation et le service de vos propres repas.

Les chambres renferment des lits simples ou doubles (avec oreillers et taies d’oreillers, ainsi que couvre-matelas). L’éclairage est fourni par des cellules photovoltaïques («panneaux solaires»), tandis que le chauffage est fait par des poêles à bois et des fournaises au propane; la cuisinière, le réfrigérateur et le BBQ fonctionnent aussi au propane. Bien sûr, l’eau chaude, la douche et la toilette sont à l’intérieur du chalet. Du savon à vaisselle et un linge pour essuyer la vaisselle et les ustensiles sont gracieusement fournis.

Les familles avec des enfants sont les bienvenues. La pourvoirie Le Chenail du Nord a même, en juillet, un programme de «Pêche en herbe» organisé en collaboration avec la Fondation de la faune du Québec (relisez, à ce sujet, ma chronique publiée ici le 9 juin). Des forfaits à coût très abordable, sont offerts aux jeunes familles; la pourvoirie propose divers forfaits sur le plan américain (repas inclus) ou sur le plan européen (sans les repas).

Il existe même la possibilité de louer un chalet pour une longue durée, sans nécessairement pratiquer la pêche, ou bien en versant des droits quotidiens de pêche lorsque le cœur vous en dit! Informez-vous aussi sur la possibilité de pratiquer le camping sauvage et la randonnée dans le territoire de cette pourvoirie. Cet été, on y fera la location de bicyclettes électriques à pneus surdimensionnés («fat bikes»), de même que celle de canots et kayaks.

De la chasse aussi

C’est sûr qu’il est également possible de pratiquer la chasse dans ce territoire giboyeux accessible toute l’année.

Durant le printemps, vous pourrez, en même temps que vous y allez pour pêcher, y pratiquer la chasse de l’ours noir à partir de miradors ou de «caches» surélevées devant des sites appâtés régulièrement.

En automne, à partir aussi de miradors et de caches, vous aurez la chance de chasser l’orignal attiré par des salines bien entretenues. Puis, dans des sentiers et de chemins forestiers longs de centaines de kilomètres, vous pourrez récolter gélinottes huppées, tétras du Canada et lièvres.

La Côte-Nord a tant à offrir!

Vous pouvez constater que la Côte-Nord a énormément de ressources halieutiques et cynégétiques à offrir aux citoyens vivant dans les «régions éloignées» de Québec, Montréal, Trois-Rivières, Sherbrooke et autres…

Depuis longtemps, je dis que l’avenir de la pêche et de la chasse dans notre province surviendra sur la Côte-Nord, et que l’avenir de la Côte-Nord résidera aussi dans la pratique des activités de pêche à la ligne et de chasse sportive! Malheureusement, à part les pourvoyeurs et les gestionnaires de ZEC, on est porté à croire que peu d’intervenants du domaine touristique sur la Côte-Nord soient sensibilisés à cette réalité, et soient vraiment intéressés à faire une plus large promotion de la pêche et de la chasse dans cette région.

Par chance que les propriétaires de la pourvoirie Le Chenail du Nord ont à cœur le développement touristique et économique de la Haute-Côte-Nord! Pour en savoir beaucoup plus sur cette pourvoirie ou pour vous renseigner plus à fond sur les divers forfaits qui y sont offerts, consultez le site web http://www.lechenaildunord.com Vous pouvez aussi communiquer avec les gestionnaires par courriel : info@lechenaildunord.com. Si vous désirez y réserver un chalet pour votre famille, pour votre groupe de pêcheurs ou de chasseurs ou de motoneigistes, téléphonez sans frais au 1 888 871-1479 (ou, à vos frais, au 1 418 871-1479). Demandez qu’on vous poste le tableau de la tarification et des modalités de paiment.

À propos de André-A. Bellemare Chroniqueur de chasse et pêche depuis 40 ans.

André-A. Bellemare participe à Latulippe.com depuis 1996. À ce jour, il a rédigé plus de 400 chroniques pour Latulippe.com Bien informé sur l'actualité du plein air au Québec, il vous offre sa science, son expérience, son vécu et ses opinions.

Articles par André-A. Bellemare

Infolettre Latulippe

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Note aux lecteurs

Les opinions exprimées dans nos chroniques n’engagent que les auteurs des textes et ne représentent pas nécessairement celles de Magasin Latulippe. Bonne lecture.

Chroniques récentes

Fermer

Ayez du panache!

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Fermer

Connexion

Client existant


Nouveau client

Avec votre compte Latulippe, vous pourrez recevoir des promotions par courriel, connaître l'état de vos commandes en cours et consulter vos commandes antérieures.